logo
AVIGNONET-LAURAGAIS : département de la Haute-Garonne

Free translation-kostenlose Übersetzung-tradução gratuita-traducción gratuita-traduzionegratuita!


Vue générale du village


Agrandir le plan

Avignonet-Lauragais est un très intéressant village de 1300 habitants construit au flanc d'un coteau du Lauragais exposé au Sud-est ; il se situe à la limite Nord-est du département de la Haute-Garonne, en bordure immédiate de celui de l'Aude.
Quand on s'en approche, le regard est tout de suite attiré par la masse imposante de l'église qui émerge du groupe de maisons les plus élevées.
Elle constitue une sorte de sentinelle veillant sur les coteaux des alentours mais plus particulièrement sur la vallée mesurant moins de 1 km de large, empruntée par les voies de communication entre la région toulousaine et la Méditerranée : RN 113, autoroute A61, chemin-de-fer et Canal du Midi.
Non loin de là, se trouve le seuil de Naurouze, à 190 m d'altitude. Il constitue le point culminant de cette vallée et la limite entre la zone d'influence méditerranéenne et atlantique.



Le bâtiment qui abrite La Poste, le Mairie et la crèche ; au premier plan à droite, l'ancien poids public.

Avignonet fait partie de la région Midi-Pyrénées et de l'arrondissement de Toulouse ; il est rattaché au canton de Villefranche-de-Lauragais (à 6 km au Nord) et au Pays-Lauragais.
Le grand axe de communication qui traverse le bas du village permet rejoindre facilement Toulouse à 43 km vers le Nord, Castelnaudary à 15 km vers le Sud et la mer à 130 km, également vers le Sud.



La halle

Ce dynamique village dispose d'une agriculture qui a pu se développer grâce aux riches terres du Lauragais mais aussi d'entreprises de plus, il s'est engagé dans la modernité au niveau des énergies propres et renouvelables par l'installation d'un champs d'éoliennes.



La superbe église Notre Dame des miracles

Dès l'époque gallo-romaine, le site d'Avignonet-Lauragais, situé sur la voie naturelle de communication entre la vallée de la Garonne et la mer Méditerranée, fut habité et fortifié en castrum.
Au Moyen-Age, ces fortifications furent renforcées et un château fut érigé.
Le 28 mai 1242 , un groupe de cathares s'introduisit dans le château (aujourd'hui disparu) et massacra à la hache les deux inquisiteurs Guillaume Arnaud, Étienne de Saint-Thibéry et leurs assistants, soit 11 personnes.
Ces inquisiteurs écumaient la région à la recherche de cathares cachés, faisant régner la terreur par des méthodes brutales et expéditives. Leur tribunal fit périr de nombreux habitants sur un bûcher.




Ce sursaut de résistance n'empêcha pas les troupes du Roi de France, au nom de l'église catholique, d'étouffer définitivement l'hérésie cathare avec la prise de Montségur en 1344.
Au cours des 2 siècles qui suivirent, Avignonet, comme de nombreux autres villages du Lauragais, connut la prospérité avec la culture du pastel dont il fut un centre important. De grosses fortunes furent amassées, cela permit la construction de la grande église et d'autres édifices particuliers.
Vers la fin du XVIe siècle, l'indigo d'Amérique détrôna le pastel.
Actuellement, il ne reste aucune trace des moulins où les feuilles de pastel étaient broyées, pourtant, ils devaient être assez nombreux.

Au premier plan, la tour poivrière et, à sa base la statue d'un croisé semblant guetter l'arrivée d'un cathare ; en arrière-plan, le beau clocher octogonal de l'église

Le village d'Avignonet et ses environs sont des sites remarquables où il est possible de faire des découvertes intéressantes et se divertir, notamment à l'occasion de balades à travers cette région pastelière où de beaux châteaux et autres bâtiments subsistent.
Port Lauragais, aire village-étape aménagée en bordure de l'autoroute et du Canal du Midi (sur lequel on peut également faire des balades), constitue une sorte de base de loisirs avec un plan d'eau et une exposition permanente.



Les remparts Sud