logo
Ayguesvives : département de la Haute-Garonne

Free translation-kostenlose Übersetzung-tradução gratuita-traducción gratuita-traduzionegratuita!



Les arcades de l'Orangerie, la mairie et l'église


Agrandir le plan

Ayguesvives est un très agréable village d'environ 2300 habitants, construit à 185 m d'altitude, en bordure des coteaux du Lauragais et de la vallée de f'Hers Mort, à 20 km au Sud de Toulouse.

Les habitations anciennes sont implantées dans la vallée d'un affluent de l'Hers : le ruisseau de l'Amadou, à proximité immédiate du canal du Midi qui avec la N 113, l'autoroute A61 dite des 2 mers et la voie ferrée, relient Toulouse à la Méditerranée.
De nombreuses constructions nouvelles ont colonisé les environs, aussi bien les pentes que les parties basses.



Les abords de la mairie et de l'église

Administrativement, Ayguesvives est un village de la région Midi-Pyrénées rattaché à l'arrondissement de Toulouse et au canton de Montgiscard (situé à moins de 3 km au Nord).
Il fait également partie de la communauté d'agglomérations dite SICOVAL, basée à Labège.


L'église en briques roses ; le cylindre blanc à son chevet est une ancienne borne milliaire romaine (on en plaçait une tous les mille pas).

La partie ancienne et bien aménagée du village, recèle de belles constructions dont le château où sont installés les locaux de la mairie ; il est prolongé par l'Orangerie : actuellement salle des fêtes. De part et d'autre de cet ensemble, une place et un vaste parc aux conifères pluricentenaires offrent un vaste espace accueillant.
La partie moderne, bien plus étendue comporte de nombreux logements individuels et collectifs, des bâtiments scolaires : (collège, écoles,...), des équipements sportifs, un centre commercial, etc..
La riche vie associative du village lui confère un réel dynamisme dans de nombreux domaines.


La superbe mairie

Les traces historiques de la commune remontent à la préhistoire ; la présence gallo-romaine y est également attestée,
Une voie romaine importante (via aquitania) passait à proximité.
Le catharisme y fit, comme partout dans la région, de nombreux adeptes et certainement des victimes.
La culture du pastel apporta des richesses dans la région, la belle église au clocher-mur à 5 logements campanaires en témoigne.
La construction du Canal du Midi avec ses deux écluses : celle de Ticaille et celle du Sanglier et, parallèlement, l'assèchement des marécages qui occupaient toute la vallée de l'Hers ainsi que la canalisation de cette rivière ramenèrent, avec la culture du froment, la prospérité au pays.
Des châteaux furent érigés (4 sur la commune) dont celui occupé par la Mairie ; il fut construit par la puissante famille des D"Ayguesvives, sur le modèle de celui de Versailles.
En 1794, sous la Terreur, Jean Jacques Marie Joseph d'Ayguesvives, président aux enquêtes à Toulouse fut guillotiné à Paris ; il était l'arrière-grand-père des Petites Filles Modèles, dont s'est inspirée la comtesse de Ségur pour son célèbre ouvrage.
En 1814, le territoire de la commune devint le théâtre d'affrontements entre les troupes anglaises et celles de Napoléon qui se replient après leur échec en Espagne.
Une véritable explosion démographique s'est amorcée à partir de la fin du XXe siècle, multipliant le nombre d'habitants par 4.
La proximité immédiate de Toulouse joignable en quelques minutes y est pour beaucoup ; Ayguesvives n'est cependant pas une ville-dortoir, l'agriculture y est bien présente ainsi de le secteur industriel.


L'écluse de Ticaille où s'arrêta en 1787 Thomas Jefferson ( futur 3ème président des Etats-Unis ) ; non loin l'aqueduc de Vauban qui conduit
le ruisseau de l'Amadou vers l'Hers et, à 1 km environ vers le Sud-Est, l'écluse du Sanglier.


Retour à la page d'accueil
Tous les villages