logo

vue générale
Vue générale depuis l'ancien château ; au premier plan, l'église et au loin, les Pyrénées


Agrandir le plan

Belpech est un charmant et calme village de 1200 habitants construit à 245 m d'altitude ; il est situé au pied d'un versant bien ensoleillé des coteaux du Lauragais, un peu en amont du confluent de la Vixiège (qui traverse le village) et de l'Hers-vif, dont elle est l'un des affluents.
Une vingtaine de km plus au Nord, l'Hers-vif se jette dans l'Ariège qui rejoint la Garonne près de Toulouse.


entrée Ouest
L'entrée Ouest


La commune de Belpech comprenant plusieurs hameaux, elle s'étend à la fois sur une plaine alluviale fertile et sur des coteaux portant des cultures, des friches ou des zones boisées.
Les villes voisines sont Pamiers à 15 km vers l'Ouest, Castelnaudary à 30 km vers l'Est et Toulouse à 60 km vers le Nord.
Belpech est un chef-lieu de canton, siège de la communauté de communes de Garnaguès-La Piège, il fait partie de la région Languedoc-Roussillon.

clocher
Le clocher

portail
Le superbe portail roman

De belles constructions attirent le regard du visiteur :
- l'église Saint-Saturnin avec son clocher-mur séparé de la nef ; il comporte un très beau portail roman à multiples voussures et sans tympan
- la maison de Curti avec ses fenêtres gothiques en doubles-baies.
- la halle métallique de style Baltard
- une maison à colombages présentant un double encorbellement.


L'économie locale est en basée en partie sur l'agriculture qui produit du blé ou du maïs ; par ailleurs, le savoir-faire local permet, à partir des élevages de canards ou d'oies, de faire de ce village une des capitales du foie gras.
Le confit obtenu à partir de ces animaux entre dans la composition du cassoulet de Castelnaudary.
On fabrique également dans la région une sorte de galette à base de maïs appelée le millas.
Chaque année sont organisés en hiver une grande foire au gras et une foire au confit et au millas.

La halle et une maison à colombages
halle


Le site de Belpech fut habité dès l'époque gallo-romaine.
Le nom du village dérive de celui d'un dieu gaulois : Belenos et de "pech" désignant la colline sur laquelle devaient avoir lieu des cérémonies à son intention.
Au Moyen-Age, un château construit (XI e siècle) sur cette colline dominant l'actuel village protégeait les habitations qui se trouvaient tout autour. Actuellement ne subsistent que quelques ruines.
A cette époque, les moutons de la race Lauragaise étaient élevés en grands troupeaux pour leur laine.
Au XIXe siècle, ce fut la culture de l'avoine qui prédomina et nécessita la construction d'une ligne de chemin de fer jusqu'à Castelnaudary pour acheminer les récoltes. La ligne a cessé d'exister aux alentours de 1930.

pont restauré
Le pont roman sur la Vixiège vient
d'être restauré

château
Les ruines de l'ancien château ; en contrebas, à gauche, le toit de l'église