logo

place


Grazac est un petit village paisible de 440 habitants situé sur la première terrasse Ouest de l'Ariège, qui fait partie des coteaux, à la limite du Terrefort et du Volvestre. Cette terrasse domine d'une quarantaine de mètres, la plaine alluviale de l'Ariège qui mesure à ce niveau 4 km de large. Il est tout proche de Caujac présenté dans ce site.
Les maisons les plus anciennes sont organisées le long de quelques courtes rues mais les plus nombreuses, et de très loin, sont les constructions nouvelles. Il s'agit de maisons individuelles, le plus souvent de type villa, entourées d'un terrain de superficie conséquente. Il faut dire que Toulouse est à moins de 40 km et Auterive à 4 km. De ce fait, les rues se sont allongées, les bords de chemins et de routes sont maintenant bordés de maisons.
Cet engouement pour Grazac est dû à sa situation privilégiée, à la fois pas trop éloignée des lieux de travail mais toutefois dans un site où l'on ne doit pas subir les nuisances de la circulation routière, bien exposé par rapport au soleil et qui offre parfois un point de vue intéressant sur la vallée, les coteaux ou les Pyrénées. De plus, l'environnement du village bénéficie d'un relief varié et d'une couverture boisée que de nouveaux terrains bâtis ont intégrée en conservant les plus beaux chênes, souvent assez âgés et d'allure très décorative.


Agrandir le plan

En ce qui concerne l'histoire de Grazac, autrefois appelé Grézac, nous disposons de peu d'informations.
Le château de Grazac, situé à quelques centaines de mètres du centre du village, fut donné en fief par Raymond VII, le 15 mars 1236. En 1532, il appartenait aux Ysalguier, coseigneurs d'Auterive.
Grazac ne fut pas épargné par les désordres qui régnèrent par la suite, il fut pillé et incendié en 1569 à l'occasion des guerres de religion, comme les villages des alentours ; son château fut ensuite rasé.

L'église de Grazac était rattachée autrefois au chapitre cathédral de Saint Etienne de Toulouse.
Elle est dédiée à Notre Dame, à Saint Sébastien et à Saint Fabien.
En 1842, des travaux importants furent entrepris : le chevet fut reconstruit, les murs et le clocher surélevés, une nouvelle voûte fut placée et le portail du mur du clocher fut ouvert.

Ci-contre, le bâtiment de la Maire qui abritait l'ancienne école.
Par ailleurs,
le village est maintenant doté d'une nouvelle école et d'une salle des fêtes.


plaine

La commune offre des paysages variés : une partie totalement plate qui appartient à la plaine alluviale de l'Ariège, des plateaux et des coteaux cultivés, ainsi qu'une bonne partie boisée.
Des randonnées pédestres, à V T T ou à cheval, sont possibles sur ces territoires attenants à ceux de Caujac, d'Esperce et de Mauressac ; il existe également un club hippique.