logo
Grépiac : département de la Haute-Garonne

Free translation-kostenlose Übersetzung-tradução gratuita-traducción gratuita-traduzionegratuita!



Vue générale du village qui paraît noyé dans la verdure accompagnant le cours de l'Ariège,
en arrière plan, les coteaux du Volvestre ; la chaîne des Pyrénées est visible quand le temps le permet



Agrandir le plan

Grépiac est un agréable village d'environ 1 millier d'habitants, construit à 163 m d'altitude, sur la rive droite de l'Ariège, en bordure immédiate des coteaux du Lauragais.
Le territoire de la commune s'étend donc à la fois sur les coteaux et sur la plaine alluviale de l'Ariège qui coule à sa limite Est ; cette plaine mesure à ce niveau 3 km de large.
En raison de la présence de la rivière, le village jouit d'un environnement très arboré.


Le centre du village où la brique toulousaine est bien présente.

La partie ancienne de Grépiac s'organise le long de la route D 35 qui relie Auterive à Venerque et qui est parallèle à la RN 20 dont elle n'est distante que d'environ 1 km.
Les nouvelles constructions s'étalent sur la plaine ou les coteaux environnants.
Toulouse est à 30 km vers le Nord et l'axe Toulouse-Méditerranée, également à 30 km au niveau de Villefranche-de-Lauragais.


A l'école toute récente, les élèves sont à la fois "en ville" et en pleine nature.

Grépiac est un village situé dans la région Midi-Pyrénées ; il est rattaché à l'arrondissement de Muret (ville située à 14,5 km au Nord-ouest) et au canton d'Auterive (à 9 km au Sud).
Il est intégré à la Communauté de Communes du District de la Vallée de l'Ariège dont le siège est à Auterive.


La gleizette (petite église)

Le sol fertile des coteaux ainsi que celui de la plaine est très favorable aux cultures de céréales et de tournesol.
En dehors de l'agriculture, l'économie du village repose sur d'autres secteurs tels que la fabrication à l'ancienne de briques et décorations en terrecuite par la briqueterie Capelle qui fonctionne depuis 1879.

.

L'église primitive détruite pendant les guerres de religion fut reconstruite à 2 reprises.
Sur le linteau du portail fi
gurent 4 culs-de-lampe provenant de l'église rebâtie au XVIIe siècle.
A gauche, les deux blasons identiques sont ceux de Jean de Mansancal qui fut au XVI e siècle, Premier Président du Parlement de Toulouse il assista au procès du faux Martin Guerre, mis à mort à la suite de la sentence.



Le site de Grépiac fut très tôt occupé par l'homme en raison de sa position en bordure de la rivière, du sommet proche de la colline permettent la surveillance et des terres propices aux cultures.
Des témoignages datant du néolithique, de la période gallo-romaine et des Wisigoths attestent de cette présence.


L'église renferme de très beaux vitraux ; ici, ceux de l'abside.

Au cours du XVIIie siècle, un seigneur de Grépiac, le comte de Polastron eut une fille :Gabrielle de Polastron, elle devint la duchesse de Polignac, confidente de Marie-Antoinette, épouse de Louis XVI.


Un e des belles demeures de Grépiac ; c'est une propriété privée non visitable

Grépiac offre un cadre de vie particulièrement agréable, beaucoup de maisons anciennes sont rénovées et la brique toulousaine y est souvent à l'honneur.
Ici, on ne se sent pas à l'étroit, la nature y est partout présente et en particulier les abords de l'Ariège qui ont été aménagés.
Ils offrent un espace de détente et de loisirs avec boulodrome et tennis parmi les sous-bois.


Le vieux pont et le lavoir rénové

Les amateurs de pêche n'ont que l'embarras du choix avec les bords de la rivière ou les petits lacs.
Les promeneurs et autres randonneurs peuvent parcourir les sentiers aménagés à leur intention qui serpentent dans en bordure de l'eau, dans les zones boisées ou dans les coteaux qui offrent un beau panorama sur la vallée de l'Ariège, les coteaux du Volvestre et les Pyrénées.



Le petit lac de Grépiac
Retour à la page d'accueil
villages