logo
graph juillet  2006
Les jours de soleil sont repérés par des étoiles jaunes : grande taille = toute la journée; petite taille = moitié de la journée; taille moyenne = 3/4 de la journée
Le vent est repéré par sa direction ; a = autan (sud-est); w = ouest ; n = nord ; e = est - le soulignement correspond à un vent particulièrement fort
Les jours de pluie sont repérés par des flèches vertes au-dessous desquelles figure la quantité d'eau tombée en mm.

Ce mois de juillet 2006 nous a soumis à des conditions qui en ont fait souffrir plus d'un, en raison du nombre impressionnant de jours à fortes températures.
La pluviométrie a cependant été à peu près normale.

Avant toute chose, comparons ce mois aux autres mois de juillet des années passées depuis 1979, dans notre région.

moyenne des minimales
temp la plus basse
moyenne des maximales
temp le plus haute
t.moyenne du mois
pluviométrie
juillet 2006
18,86°
15°
32,63°
38°
26,65°
37,5 mm
moyenne des 27 dernières années
15,72°
10,41°
28,36 °
34,96°
22,04°
38,63 mm

Ce mois apparaît donc particulièrement chaud : à 4,5° au dessus de la moyenne.

Les minimales sont en hausse de près de 3,5° par rapport à celles du mois précédent.
Elles ont même égalé ou dépassé les 20° pendant 11 jours.
Les valeurs extrêmes ont été 15°et 22°.
Les maximales ont fait un bond de 4,2° par rapport à celles de juin.
Elles ont dépassé les 30° pendant 23 jours, ce qui constitue, comme en juin, un record, du moins depuis 1979 ; en 2003, année de canicule, il n'y en avait eu que 19.
Les valeurs extrêmes sont 24° et 38°.
Le soleil, n'est resté caché que pendant 3 jours !
Le vent a soufflé de façon nettement plus discrète que le mois précédent.
Les précipitations n'ont apporté que 37,5 mm d'eau en 5 jours, principalement à l'occasion d'orages.

Quelques commentaires sont à apporter à ces données brutes.
Tout d'abord la notion de canicule dont il existe plusieurs définitions (variables suivant les pays) et dont aucune ne paraît faire définitivement autorité. Parmi les critères souvent pris en compte figurent les valeurs maximales des températures, le nombre de jours où elles se maintiennent au-dessus de 30°, la valeur des minimales de manière à déterminer si les organismes ont la possibilité de récupérer pendant la nuit du stress de la journée et l'humidité de l'air.
Durant les semaines écoulées, le département de l'Ariège n'a pas fait été en alerte rouge canicule mais si l'on ne considère que les relevés de notre petit village proche de la Haute-Garonne, on peut se dire que nous n'en étions pas loin.
En tout cas, chez nous les températures de ce mois ont été à 2° au-dessus des moyennes de juillet 2003, année de la canicule.
Il est vrai qu'en 2003 il n'était tombé que 2 mm d'eau contre 37,5 mm cette année.

A la campagne, la teinte la végétation a continué à "griller" malgré le léger reverdissement dû aux petites pluies, la sécheresse est toujours bien présente.
Il faut tout de même rappeler qu'à la fin juin, nous étions en déficit de 84 mm d'eau et nous le sommes toujours.
Les petits cours d'eau sont à sec, cependant les dispositifs d'arrosage des cultures sont indispensables pour assurer la croissance, la floraison et la formation de graines pour le maïs, le sorgho ou le soja.

Voyons maintenant ce que ce mois a de singulier par rapport aux autres mois de juillet des années précédentes
depuis 1979 ; seules les valeurs extrêmes figurent dans le tableau ci-dessous .

Année
Moyenne des minimales en °
temp la plus basse en °
nbre jours où mini = ou >20°
moyenne des maxi en °
nbre jours où maxi = ou> 30°
temp la plus haute en °
moy mois
en
°
pluviométrie en mm
2006
18,66
15
11
32,63
23
26,65
1996
99
1994
0,5 (2)
1983
31,4
39(3)
1981
0 (1)
24,7
3
32,5
1980
11,6
0
18,7
1979
7
0
(1 )comme en 1982, 1981, 1980 et 1979
(2) comme en 1984.
(3) comme en 1982

Juillet 2006 a donc nettement été le plus chaud depuis 1979, il n'a pas comblé le déficit en eau qui sévit depuis quelques mois et, à ce niveau des mesures d'économie s'imposent plus que jamais.