logo

vue panoramique
Vue générale depuis les coteaux ; en arrière-plan sur une bute dans la plaine de l'Ariège, le village de Montaut



Agrandir le plan

Le Vernet d'Ariège est un charmant petit village de 550 habitants dont le cœur tranquille est niché dans la verdure et l'eau qui court, sur une légère pente à 250 m d'altitude moyenne.
Il est construit en bordure de l'Ariège qui coule au pied d'un versant des coteaux du Terrefort exposé au Sud-est.
Les abords de la rivière sont ici bien boisés notamment en raison des zones humides où coulent des petits ruisseaux alimentés par des sources. Les coteaux qui s'étendent sur toute la moitié Ouest sont également couverts de bois.
La moitié Est est occupée par la large plaine alluviale de l'Ariège où dominent les cultures


La place et la Mairie
mairie

rue et eau de source

La route nationale 20 passe à proximité ainsi que le chemin de fer et l'autoroute; ils permettent de joindre l'agglomération toulousaine distante de 58 km environ vers le Nord ou bien, dans le sens inverse, Pamiers, Foix et l'Andorre.
Les habitations du village sont dispersées dans la végétation en petits hameaux : Brusties, Fournier, Fourtic, la Cité, l'Herbet, Naudounet, Sabatié, Taillade .et de nouvelles constructions sont venues s'implanter à leurs alentours.
L'économie locale est basée sur l'agriculture ; les producteurs de céréales ont à leur disposition une grande coopérative céréalière.




Ci-contre : la rue principale avec son petit canal d'eau de source toujours circulante


Le Vernet d'Ariège restera connu dans l'Histoire pour son camp "d'hébergement" utilisé dès 1939 pour regrouper près de 12 000 Républicains espagnols repoussés par les victoires franquistes.
Les conditions y furent très dures en raison des locaux, des aménagements et de la nourriture nettement insuffisants
L'écrivain Athur Koestler auteur de "la lie de la terre" y sera prisonnier.
Y étaient également détenus ce que l'on appelait les "étrangers indésirables"
Le régime de Vichy en 1940 transforma ce camp d'internement en camp disciplinaire, officiellement camp de concentration.
On y enfermait tous les étrrangers considérés comme suspects ou dangereux, notamment les antifascistes..
A partir de 1942 ce fut le cas des Juifs capturés dans la région ; "le train fantôme" en amena plusieurs centaines à Auschwitz.
Le camp ferma ses portes en juin 1944 ; 40 000 personnes de 58 nationalités y ont transité et souffert, certains y sont morts.
Aucun bâtiment ne subsiste actuellement, seul un cimetière regroupe 153 tombes où l'on peut y lire beaucoup de noms espagnols mais aussi polonais, russes etc.. A la gare, un wagon d'époque porte les noms d'enfants juifs partis pour la mort.
Le village abrite un musée qui permet de garder la mémoire de cette triste et honteuse période.



Le mémorial situé en bordure du Camp aujourd'hui détruit

Quand on parcourt le village on peut se dire que ses habitants ont la chance de disposer de beaucoup d'espace où la végétation est omniprésente aux alentours immédiats de leur maison. L'écoulement des eaux de source contribue à y créer une atmosphère reposante.

Le Vernet fait partie de la Communauté de Communes de Pamiers
Une école y accueille les classes de Maternelle et du Primaire en regroupement pédagogique avec Bonnac..

Au Vernet d'Ariège, une vie associative dynamique permet de pratiquer des activités sportives, de loisirs ou culturelles parmi lesquelles le football, le kayac, la pétanque, le tennis et aussi de profiter du bel environnement naturel en parcourant ses circuits de randonnée le long de l'Ariège et dans les coteaux boisés qui surplombent la vallée et offrent de très beaux points de vue.
A la salle des fêtes ont lieu régulièrement des concerts de musique éclectique avec possibilité de repas..



Ci-contre, l'église Sainte Marie-Madeleine.