logo
Mairie
La fête se prépare devant la Mairie



Localisation Google Maps

Agrandir le plan

Lézat est un charmant village accueillant et fleuri, d'environ 2200 habitants, situé à 210 m d'altitude dans la vallée de la Lèze qui est un affluent de l'Ariège.
Le territoire de la commune s'étend sur un paysage de vallons et de collines cultivés et parsemés de bosquets de chênes ; les sommets et les versants bien exposés, jouissent d'une belle vue sur la chaîne des Pyrénées.

Les habitations anciennes sont regroupées sur la rive gauche de la Lèze, dont la plaine alluviale mesure moins de 1 km de large. Elles sont disposées suivant une structure de bastide ceinte par un boulevard circulaire témoignant de la présence de remparts, depuis longtemps détruits


rue
Ci-dessus et ci-contre maisons à colombages et couverts
rue et église


Une route à circulation importante traverse ce village, elle suit le cours de la Lèze et permet de rejoindre Toulouse situé à 40 km environ au Nord. Dans l'autre sens, on accède au département de l'Ariège dont Lézat occupe la position la plus septentrionale. D'autres routes beaucoup moins fréquentées partent du village et traversent les coteaux du Volvestre qui s'étendent de part et d'autre de la vallée.

De nombreuses constructions nouvelles se sont ajoutées aux alentours, aussi bien dans la vallée, plus ou moins parallèlement à la route principale, que sur le versant sud des coteaux où elles jouissent à la fois du calme et d'une belle exposition.

tourelle
couverts
Ci-contre, un exemple d'architecture de type toulousain (XVIe siècle);
ci-dessus des couverts

L'économie de ce village dynamique a su se diversifier ; en dehors de l'agriculture où la vigne occupe encore une petite place, des industries se sont implantées dans deux zones industrielles situées à la sortie Nord.
On y trouve entre autres, des fabriques (luminaires, menuiseries en aluminium, yaourts biologiques), et un lieu de vente matériaux de construction.
L'artisanat, les services et surtout le commerce y sont également bien présents. Certains, comme le supermarché, sont installés en zone industrielle.
Il reste tout de même des commerces le long de la rue principale ou aux alentours de l'église, ils sont le témoignage d'un temps qui les vit plus florissants. On a encore un peu l'impression de se trouver en ville, sans en subir les inconvénients car, lorsque l'on se promène dans les petites rues et aux alentours, on apprécie le calme relaxant de la campagne.

chapelle
halle
Ci-contre l'ermitage Saint Antoine; ci-dessus, la halle

Une riche vie associative anime le village et permet de pratiquer des activités sportives, culturelles ou de loisirs.
Des foires et marchés s'échelonnent tout au long de l'année et en période estivale, de nombreuses animations, concours et expositions sont organisés, couronnés par la fête locale.
Lézat est doté d'une bibliothèque, d'une salle des fêtes et d'installations sportives.
Les habitants disposent de stades (rugby et de football)l ; le boulodrome et le terrain de basket sont couverts.
Une vaste aire de loisirs boisée, avec un plan d'eau et terrain de camping, est aménagée "en ville", elle est proche du Collège et du château du Biac qui abrite un Institut médico-pédagogique, . A proximité immédiate, se trouvent une résidence médicalisée pour personnes âgées et un foyer d'accueil et d'hébergement où peuvent être logés des participants à des stages culturels, sportifs ou a des séminaires ; des repas y sont également servis.

le Biac
Le lac et le château de Biac
moulins
Les 2 moulins de la Garde qui dominent la vallée

Lézat connut l'occupation romaine.
Au IXe siècle, Antoine, vicomte de Béziers, y fit construire une abbaye soumise à la règle de Saint Benoît, avec une église Saint Pierre.
Au XIe, les Bénédictins se rattachèrent au puissant monastère de Cluny, cela leur assura un rayonnement intellectuel, culturel et artistique qui se maintint pendant de nombreux siècles.
Au XIIe siècle fut entreprise la construction de l'actuelle église Saint Jean-Baptiste, elle fut remaniée et complétée au XVIe et au XIXe.
L'église Saint Pierre tomba en ruines (seul un pan de mur subsiste) et les objets les plus précieux furent transférés dans l'autre. Il s'agit de panneaux en bois sculpté ainsi que de reliques.
Tout d'abord, celles de Saint Antoine auquel est dédié un petit ermitage situé à 1 km du village ; il est associé à une fontaine d'où l'eau a la réputation de guérir le zona.
Ensuite, une dent de Sainte Apolonie qui a la réputation de soulager les maux dentaires des jeunes enfants, en particulier.

Le caractère médiéval s'est bien conservé dans le centre avec de nombreuses maisons à colombages et des couverts soigneusement entretenus.
La Mairie et l'école élémentaire sont installées dans l'ancien palais abbatial édifié au XVIIIe et doté d'une terrasse.
Il est très agréable de flâner dans les rues, le long desquelles on découvre quantité de constructions à l'architecture typiquement toluousaine où la brique prédomine, mais aussi des cours, jardins et espaces peuplés d'une végétation abondante et parfois exotique.
Sur le sommet du coteau, à l'Est par rapport au village, les deux moulins de la Garde sont les derniers vestiges de l'époque où l'on cultivait le pastel.


église
L'église Saint Jean-Baptiste et le presbytère