logo

Saint-Julien, entrée


Agrandir le plan

Saint-Julien est un lieu-dit du canton de Cintegabelle, il fait partie de la commune de Gaillac-Toulza (présents dans ce site) ; sa population avoisine les 150 habitants.
Les maisons sont disposées au sommet d'un coteau qui domine, à environ 350m d'altitude, les autres coteaux du Terrefort environnant. Cette situation garantit un point de vue imprenable, notamment sur la chaîne pyrénéenne visible quasiment en totalité. Cette année, en ce mois de mars, le spectacle de tous ces sommets bien enneigés est particulièrement splendide par temps non brumeux.
Les hameaux de Louise et de Troy, situés de part et d'autre de Saint-Julien, à 1 km de distance, jouissent de ce privilège mais à des degrés divers.
Ces petits groupes d'habitations sont à proximité immédiate d'une route relativement peu fréquentée qui relie la vallée de l'Ariège à celle de la Lèze. Toulouse se situe vers le nord, à environ 50 ou 55 km, suivant que l'on emprunte l'une ou l'autre vallée

vue sur les Pyrénées

L'église de Saint-Julien est visible de loin et encore plus le château-d'eau situé à l'entrée, il constitue un point de repère facilement identifiable.

Saint-Jullien est un lieu de pèlerinage depuis plus d'un millénaire.
Saint-Jullien naquit dans le Dauphiné au IIIe siècle, après une vie chrétienne hors du commun, il fut décapité le 28 août de l'an 304 à Brioude.
La tradition veut que sa tête ensanglantée, lavée dans une source, a conféré à cette eau, des pouvoirs salutaires. De nombreuses fontaines ont, depuis, été dédiées à ce saint.
Les fidèles venaient autrefois très nombreux pour prier Saint-Julien et bénéficier des pouvoirs de la fontaine sainte, située en contrebas.

Au programme figuraient , entre autres, la nuit passée dans l'église, les offrandes, le recueillement devant la relique et la station à la fontaine abritée dans une petite construction du XIXe siècle qui a remplacé un monument du XIe.

fontaine
la fontaine

Depuis le succès de Lourdes, la fréquentation de ce lieu modeste a bien baissé. Le pèlerinage du 28 août a toujours lieu mais, pour l'instant, l'eau n'est pas potable.
A quelque centaines de mètres de la fontaine, près de la ferme "Le Tondu", subsistent les restes de ce qui fut le château de Pesquiés.

quelques maisons
3 maisons de Saint-Julien dont l'ancienne école à droite

Le territoire de Saint-julien est essentiellement constitué de coteaux plus ou moins pentus et à vocation agricole.
Les habitations situées dans cette zone calme sont, pour la plupart, rénovées. De nouvelles constructions s'y ajoutent peu à peu mais c'est surtout le hameau de Troy qui s'est rapidement agrandi d'une dizaine de villas.
Dans un rayon de 5 km, on trouve un terrain de motocross, un terrain de camping naturiste, une ferme équestre et le lac de Saint--Ybars.

Retour à la page d'accueil
villages