Torride, accablant, caniculaire, calamiteux, voici quelques qualificatifs que l'on peut attribuer à ce mois d'août 2003 où les précipitations non négligeables ne peuvent compenser le déficit ni réparer les dégâts.

Tout d'abord, comparons ce mois aux autres mois d'août des années passées depuis 1979, dans notre région.

moyenne des minimales
nbre de jours où mini = ou > 20°
moyenne des maximales
nbre de jours où maxi >à 30°
t.moyenne du mois
pluviométrie
août 2003
19,08 °
11
34,76 °
25
26,92 °
77,5 mm
moyenne des 25 dernières années
15,8 °
3,5
27,9 °
9
21,8 °
58,7 mm


Nous voyons donc que les températures sont bien au dessus des moyennes , c'est particulièrement le cas de la moyenne des maxima qui présente un écart de près de 7 °, ce qui est exceptionnel ; la pluviométrie est même au dessus des normes.

Les minimales, en hausse de 1 ° par rapport au mois précédent, se sont maintenues aux alentours de 20°, les valeurs extrêmes étant 14° et 25 °.

Les maximales ont progressé de 4 ° par rapport à celles de juin.
Elles ont oscillé entre 25,5 ° et 41,5 °avec 25 jours au dessus de 30° dont t 5 jours au dessus de 40 °.

Le soleil de plomb a été omniprésent puis qu'il n'y a eu que 2 jours entièrement nuageux.

Le vent s'est montré très discret, il est resté faible sauf pour quelques jours en début ou en fin de mois ; il faut noter, évidemment, qu'à l'occasion des orages, il y a eu des rafales plus plus ou moins violentes.

La pluviométrie a apporté 77,5 mm d'eau, ce qui est très correct pour un mois d'août, mais, étant donné la chaleur ambiante, une bonne partie s'est évaporée et le reste n'a pas comblé les besoins des plantes.

Toutes ces conditions ont concouru à aggraver l'état de déficit hydrique qui sévissait déjà en juin.
Notre département ne fait pas partie, pour l'instant, des zones les plus touchées où les restrictions dans l'utilisation de l'eau s'avèrent nécessaires.

La canicule et la sécheresse de ce mois ont donc ajouté leurs effets à ceux de la canicule et de la sécheresse du mois précédent, finissant de griller les cultures peu ou non arrosées.
De nombreux arbres ou arbustes présentent des feuilles qui ont totalement séché ou qui sont tombées.
Cependant, les dernières pluies ont provoqué un léger verdissement de l'herbe en bordure des chemins ou dans certains prés
La moisson du tournesol est en cours mais le rendement est affligeant, il en sera certainement de même pour le soja, le sorgho ou le maïs, s'ils n'ont pas bénéficié de l'irrigation.

Des mesures de restriction d'eau ont dû être mises en place pour limiter la baisse du niveau des nappes, des rivières et des lacs. On annonçait il y a quelques jours que la Garonne pouvait se traverser à pied à Toulouse et les réserves des lacs pyrénéens étaient épuisées ; les récents orages n'ont pas dû faire beaucoup évoluer la situation.
Notre région a heureusement été peu touchée par les grandes catastrophes provoquées par cette longue canicule : gros incendies, mort en masse d'animaux d'élevage et surtout surmortalité humaine.
Nous avons aussi échappé aux coupures de courant qui étaient envisagées.

Au jardin d'agrément comme au jardin potager, l'arrosage a dû être limité aux légumes dont la production est très décevante ( haricots verts, tomate).
La maturation des fruits a pris beaucoup d'avance, c'est le cas notamment des figues, des pommes ou des raisins ; cependant, leur teneur en sucre est particulièrement élevée mais ils sont de taille réduite.

Voyons maintenant ce que ce mois a de singulier par rapport aux autres mois d'août des années précédentes depuis 1979 ; seules les valeurs extrêmes figurent dans le tableau ci-dessous .

Année
Moyenne des minimales en °
temp la plus basse en °
nbre jours où mini = ou >20°
moyenne des maxi en °
nbre jours où maxi = ou> 30°
temp la plus haute en °
moy mois
en
°
pluviométrie en mm
2003
19,08
14 (1)
11
34,76
25
41,5
26,92
1999
31
1984
0 (2)
24
163,5
1982
12,03
5,5
0
31,4
2
18,76
1981
0
11

(1 )comme en 1994
(2) comme en 1996, 1985, 1980 et 1979

Pour illustrer les particularités de cette année 2003 par rapport aux 25 dernières années, voici deux graphiques:

Pour la période avril-août, à gauche, la température moyenne du mois en degrés et à droite la pluviométrie en mm ; "moy" ou" moyen" désigne la moyenne sur 25 ans.

En conclusion, nous avons vécu un mois d'août hors du commun mais cette situation s'est déjà produite plusieurs fois dans le passé avec une intensité parfois plus importante ; par exemple en 1718 et 1719, des nuées de sauterelles s'abattent sur la région parisienne et la canicule fait 700 000 personnes.
Il y a sûrement un réchauffement général, il est naturel dans la mesure où des périodes de glaciation alternent avec des périodes de réchauffement et il est certainement aussi aggravé par les activités humaines.
Cependant, il ne faut pas tomber dans le catastrophisme, même les spécialistes restent divisés sur l'évolution à venir.

Vous
pouvez vous faire une petite idée vous-mêmes en méditant sur ce graphique simplifié, montrant l'évolution de la température moyenne européenne en degrés Celsius depuis 11 mille ans.

Retour à la page d'accueil
Plantes et météo