logo
Le temps du mois d'août 2006

graph août 2006
Les jours de soleil sont repérés par des étoiles jaunes : grande taille = toute la journée; petite taille = moitié de la journée; taille moyenne = 3/4 de la journée
Le vent est repéré par sa direction ; a = autan (sud-est); w = ouest ; n = nord ; e = est - le soulignement correspond à un vent particulièrement fort
Les jours de pluie sont repérés par des flèches vertes au-dessous desquelles figure la quantité d'eau tombée en mm.

Après un mois de juillet très chaud, ensoleillé et parfois caniculaire, ce mois d'août 2006 nous a donné l'impression de basculer dans une autre saison ; seule consolation, la quantité d'eau tombée est normale.

Avant toute chose, comparons ce mois aux autres mois d'août des années passées depuis 1979, dans notre région.

moyenne des minimales
temp la plus basse
moyenne des maximales
temp le plus haute
t.moyenne du mois
pluviométrie
août 2006
15,11°
8,5°
26,81°
30°
20,96°
59 mm
moyenne des 27 dernières années
15,84°
9,91°
27,85 °
34,68°
21,88°
59,09 mm

Nous voyons donc qu'il s'agit d'un mois plus froid que la normale, surtout au niveau des températures maximales.

Les minimales sont en baisse d'au moins 3° par rapport à celles du mois précédent.
Elles ont atteint les 20° une seule fois.
Les valeurs extrêmes ont été 8,5°et 20°.
Les maximales ont fait une énorme chute 6° par rapport à celles de juillet.
Elles n'ont égalé les 30° qu'une seule fois et ont oscillé entre 23° et 30°.
Le soleil a seulement brillé la journée entière seulement 7 fois.
Le vent d'ouest a beaucoup soufflé, notamment de façon continue durant les 13 premiers jours du mois.
Les précipitations ont apporté 59 mm d'eau en 8 jours, ce qui correspond à une quantité normale.

Durant une bonne partie de ce mois d'août, la France a été soumise à des masses d'air frais venant du Nord ou de l'Est en raison de la position de l'anticyclone dit des Açores positionné bien trop bas, il n'a donc pu chasser les dépressions.
Notre région a été épargnée par les grosses pluies qui sont tombées sur la moitié Nord de la France et n'a subi que l'effet atténué de la fraîcheur de l'air venu du Nord ou de l'Est.
Le vent persistant a aggravé la sécheresse dans la première moitié du mois pendant que des incendies se déclenchaient dans les régions méditerranéennes françaises et surtout en Espagne et au Portugal.
Durant la deuxième moitié du mois, les pluies, aubaine tant attendue, ont enfin permis une certaine reprise de la végétation.

A la campagne, après une longue période où la teinte générale était la couleur paille, le reverdissement progresse.
L'arrosage des cultures de maïs ou de soja n'a cependant pas cessé.
Au verger, 2006 a été chez nous une année exceptionnelle en raison de l'abondance de prunes et de poires ; les figues sont en pleine maturation, éclatant parfois prématurément sous l'effet des dernières pluies.

Voyons maintenant ce que ce mois a de singulier par rapport aux autres mois d'août des années précédentes
depuis 1979 ; seules les valeurs extrêmes figurent dans le tableau ci-dessous .

Année
Moyenne des minimales en °
temp la plus basse en °
nbre jours où mini = ou >20°
moyenne des maxi en °
nbre jours où maxi = ou> 30°
temp la plus haute en °
moy mois
en
°
pluviométrie en mm
2006
1
30
2003
19,08
14 (1)
11
34,76
25
41,5
26,92
1984
0 (2)
24
163,5
1982
12,03
5,5
0
18,76
1981
0
11
(1 )comme en 1994
(2) comme en 1996, 1985, 1980 et 1979

Les précipitations normales pour un mois d'août que nous avons eues, sont cependant loin d'avoir comblé le déficit en eau qui sévit depuis l'hiver; il suffit de voir le niveau des cours d'eau ou des lacs pour s'en convaincre. On signale un étiage particulièrement bas pour la Garonne et la baisse des réserves de montagne bien que des lâchers d'eau s'avèrent nécessaires.
Pour notre secteur, depuis le début de l'année, il est tombé 432 mm d'eau alors que la valeur moyenne est de 522 mm , il manque donc 90 mm d'eau, ce qui correspond à 1,5 fois la quantité qui tombe habituellement en septembre.


Août 2006 a donc été un mois anormalement frais et dont la quantité d'eau tombée, bien que conforme à la moyenne, n'a pas résolu le problème de sécheresse.