logo
Le cétérach officinal

plante entière


Le cétérach officinal
, appelé parfois doradille ou herbe dorée, a pour noms scientifiques asplenium ceterarch ou ceterach officinarum ; cette petite fougère qui pousse dans les anfractuosités des rochers calcaires appartient à la famille des aspléniacées.

D'un petit rhizome dressé part une touffe de frondes (feuilles des fougères) qui peuvent atteindre 10 à 15 cm de long.
Elles sont munies d'un court pétiole et leurs pinnules (folioles des fougères) sont disposées de façon alterne.
La face inférieure de ces frondes est recouverte d'écailles, d'abord argentées, puis dorées et brunâtres avec l'âge.

Cette face inférieure porte, comme chez la majorité des fougères, les organes reproducteurs qui sont ici des sores allongés et disposés de part et d'autre de l'axe des "folioles". Ce sont des groupes de sporanges qui libèrent leurs spores microscopiques, capables après germination, de donner une nouvelle plante. Les sores ne sont pas protégés par des indusies (écailles spéciales).

Cette fougère supporte très bien la chaleur qui provoque l'enroulement de ses "folioles" ; la face écailleuse brillante, alors exposée au soleil, lui sert alors à réfléchir lumière et chaleur.
La plante peut même se dessécher mais elle ne meut pas pour autant, ses facultés de reviviscence lui permettent de retrouver son état normal à la première pluie.

Le cétérach fut autrefois utilisé à des fins médicinales, notamment pour les affections respiratoires.

feuille
sores
écailles

A gauche, les sores brunes
ci-dessus, les écailles de la face inférieure
Plantes de février 2006
plantes et météo