logo
graph février 06
Les jours de soleil sont repérés par des étoiles jaunes : grande taille = toute la journée; petite taille = moitié de la journée; taille moyenne = 3/4 de la journée
Le vent est repéré par sa direction ; a = autan (sud-est); w = ouest ; n = nord ; e = est - le soulignement correspond à un vent particulièrement fort
Les jours de pluie sont repérés par les quantité d'eau tombée en mm, inscrites en vert.

Durant ce mois de février 2006, nombreux ont été ceux qui ont eu la sensation que cette année, l'hiver était bien long !
Il est vrai que nous avons connu depuis décembre, des conditions plus rigoureuses que d'habitude.

Avant toute chose, comparons ce mois aux autres mois de février des années passées depuis 1979, dans notre région.

moyenne des minimales
nb de jours
de gelée
temp la plus basse
moyenne des maximales
temp le plus haute
t.moyenne du mois
pluviométrie
février 2006
1.05°
10
- 5°
10,43°
16°
5,74°
17 mm
moyenne des 26 dernières années
2,19°
10,39
- 5,5 °
11,26°
17,86 °
6,72 °
60,7 mm

Nous pouvons donc constater que les températures se situent à près de 2 °au dessous de la moyenne mais aussi que la pluviométrie est 3,5 fois plus faible.

Après une dernière semaine de janvier particulièrement froide, les 2 premières semaines de février ont connu un régime de hautes pressions avec un temps sec, des minimales souvent négatives et des maximales en hausse progressive
Le passage d'une perturbation a apporté un peu de pluie et adouci l'atmosphère de la troisième semaine.
Au cours de la quatrième semaine,
le froid s'est à nouveau réinstallé en raison de l'arrivée d'un flux d'air en provenance de l'Atlantique Nord.

Les minimales ont en baisse de 0,5° par rapport à celles du mois précédent où elles étaient déjà faibles.
Elles ont varié entre -5° et 8,5° et il y a eu 10 jours de gelée.
Les maximales, par contre, sont en hausse de 2° par rapport à celles de janvier.
Les valeurs extrêmes sont 1,5° et 16°.
Le soleil a été assez présent, rarement toute la journée.
Le vent d'Ouest ou de Nord-ouest a dominé.
Les précipitations ont été bien rares puisqu'en 6 jours, le sol a recueilli seulement 17 mm d'eau. Les prévisions de pluie ou de neige pour les derniers jours ne se sont pas concrétisées.

A la campagne, la végétation n'a pratiquement pas évolué ; on remarque cependant, les premières fleurs de violette, de ficaire, de pâquerette ou de pissenlit.
Cependant, une inquiétude se précise en ce qui concerne les réserves en eau pour les futures cultures.
Les niveaux des cours d'eau sont bien bas et certains lacs prévus pour l'irrigation accusent plusieurs mètres de déficit.
Il faut espérer que le choix des semences tiendra compte de
cette menace et écartera le plus possible les espèces les plus gourmandes en eau comme le maïs.

Voyons maintenant ce que ce mois a de singulier par rapport aux autres mois de février des années précédentes
depuis 1979 ; seules les valeurs extrêmes figurent dans le tableau ci-dessous .

Année
Moyenne des minimales en °
temp la plus basse en °
nbre jours de
gel : 0° ou <0°
moyenne des maxi en °
nbre jours >15°
temp la plus haute en °
moy mois
en
°
pluviométrie en mm
2005
0
13
2002
- 0,5
1998
15
1990
6,36
16,2
18
23,5
11,38
122
1986
- 0,7
6,8
0 (1)
3,05
1983
- 9
1982
1
1981
   
17
       
(1) : comme en 2003, 1999, 1984 et 1982

Février 2006 a donc été un mois d'hiver plus froid que la moyenne et particulièrement sec.

Examinons enfin, de plus près, le problème des réserves d'eau qui doivent se constituer en automne et en hiver.
Si l'on considère les mois d'octobre, novembre, décembre , janvier et février, la pluviométrie moyenne totale depuis 1979 est de 319,73 mm d'eau.
Pour la même période, de 2005-2006, il est tombé seulement 246 mm d'eau, soit environ 75 % de cette quantité moyenne.
Certes, ne sommes pas encore dans la situation critique que vivent certaines régions de France, notamment celles de l'Ouest où l'on parle de restrictions et il y a de la neige qui fondra dans les Pyrénées.
Il faut tout de même rester vigilant et dépenser raisonnablement ce capital qui deviendra, dans les années à venir, toujours plus difficile à gérer.