physalis

L'amour en cage est le nom poétique de cette plante qui en possède bien d'autres : la lanterne   chinoise, le coqueret, l'alkékenge, le physalis ; en latin physalis alkekengii et physalis franchetii,   très voisins (famille des solanacées).
 
Encore une plante qui ne demande aucun soin si ce n'est de supprimer les nouvelles tiges qui poussent rapidement tout autour. Ses tiges, un peu faibles quand elles sont longues de 40 à  50 cm, ont tendance à se coucher mais, en fin d'été, les fleurs assez quelconques, donnent des fruits  très décoratifs en forme de lanterne rouge (que l'on peut faire sécher facilement).

En hiver, dans la nature, la "lanterne ", comme les feuilles mortes, se décompose et l'on aperçoit alors la baie en forme de cerise à travers le réseau des fines nervures restantes.    

Ce fruit  est comestible bien qu'assez acide ; il est très riche en vitamine C. Des espèces tropicales sont cultivées pour leurs fruits plus gros et de meilleur goût.

Cette plante a des vertus médicinales ; c'est un diurétique, elle combat les calculs, la goutte et les rhumatismes.