logo
Le lupin

lupin

Le lupin est une plante vivace ou annuelle originaire de l'Amérique du nord, parfois du sud ; elle appartient à la famille des fabacées, légumineuses ou papillonacées.

Le lupin vivace le plus cultivé est le lupinus polyphyllus ci-contre, il atteint jusqu'à 1,50 m de haut.
Les feuilles palmées comprennent une dizaine de folioles fixées au même point du pétiole.

De fin mai à juillet intervient la floraison, très spectaculaire avec ses grands épis de fleurs bleu-foncé, pourpres, jaunâtres ou rougeâtres, bien en évidence au dessus des autres plantes des massifs.
Pour la prolonger, on peut couper les fleurs fanées, cela stimulera la formation de nouvelles tiges florales.

Aux fleurs succèdent des fruits qui sont des gousses contenant des graines comme chez le haricot ou la fève.

Le lupin ne pose pas de problème de culture, il est rustique à condition de le placer dans un sol non calcaire, riche et humifère, à situation ensoleillée ; seul un parasitage par les pucerons restera à surveiller.

La multiplication se fait facilement et rapidement par semis et par division des touffes.
Il existe plus de 200 espèces de lupin, réparties en vivaces et annuelles.

Parmi les vivaces, on peut citer par exemple :
- l. polyphyllus (voir ci-dessus)
- l. arboreus qui atteint 2 m et produit des fleurs jaunes et parfumées en été.
- l. tomentosus aux fleurs qui prennent des teintes jaune-clair rayé de bleu puis virent au bleu-violet.
- l. minimus qui est une forme naine aux feuilles argentées et aux fleurs bleues, blanches ou pourpres.
Des hybrides ont vu le jour, notamment les très connus lupins de Russell.


Les espèces annuelles sont en général plus parfumées et résistent bien à la sécheresse, leur floraison dure tout l'été ; citons par exemple :
- l. sulphureus aux fleurs jaunes puis orangées
- l. tricolor aux fleurs blanches puis violet-marron
- l. hirsutus aux fleurs bleu azur.
Pour certaines espèces, il existe plusieurs variétés intéressantes.

Le lupin, en particulier le l. albus est une plante médicinale qui sert, entre autres, à traiter la peau.

En dehors de ces propriétés fort intéressantes, le lupin cache encore bien des trésors :

1 - c'est une plante précieuse en agriculture car, comme les autres légumineuses, les bactéries hébergées par ses racines fixent l'azote de l'air pour en faire des éléments fertilisants azotés : cette plante constitue donc un engrais vert qui permet l'économie d'engrais chimique azoté.
Le lupin est même capable de pousser dans des sols acides, sableux, où d'autres cultures périraient.

Remarque : les racines ne se contentent pas de fixer l'azote atmosphérique, elles retiennent les pesticides excédentaires et autres polluants ; d'ailleurs, les alentours de Tchernobyl ont été " enlupinés " afin de se gaver de substances radio-actives.

2 - ses graines sont doublement précieuses car elles ont une teneur en protéines supérieure à celle de tous les protéagineux cultivés (40% pour le lupin contre 30% pour le soja) et elles permettent de produire une huile d'excellente qualité.

Alors pourquoi ne le cultive-t-on pas à grande échelle?

Tout d'abord à cause d'un problème d'amertume : certaines espèces de lupins cultivés contiennent un alcaloïde amer qui rend le goût des graines très désagréable et peut provoquer des effets toxiques. La solution consiste à utiliser des espèces non amères (lupin jaune doux, par exemple) ; un inconvénient subsiste, le rendement de cette espèce est faible.
Une autre solution bien plus satisfaisante, a été rapidement trouvée : cultiver une espèce amère et productive, ensuite faire subir un traitement simple de désamérisation aux graines, ce qui les rend ainsi comestibles.
En prime, les substances provenant de la désamérisation ont des propriétés fertilisantes et phytosanitaires.

Cet obstacle de l'amertume étant levé depuis de nombreuses années, la culture du lupin en France ne démarre toujours pas contrairement à l'Australie ou aux Pays de l'Est par exemple. La raison en est bien simple : nous sommes sous la domination économique du lobby du soja, imposé par les américains après la dernière guerre mondiale, plante qui est, depuis, manipulée génétiquement.

Quel gâchis de laisser en sommeil la culture d'une plante qui permettrait de mettre en valeur des sols pauvres, d'économiser des apports chimiques tout en fertilisant le sol et de produire des protéines et de l'huile en quantité et qualité élevées.!

lupin bleu
Le lupin bleu (lupinus angustifolius)

haut de page
Plantes de juillet 2002
plantes et météo