marasme

Le marasme que l'on nomme communément faux mousseron, bouton de guêtre ou pradelet en occitan, s'appelle marasmius oreades en latin.
Le mot oreades évoquait chez les anciens grecs les nymphes des montagnes ; cette précision signifie que l'on avait associé dans le passé, à ce champignon des personnages mythiques : nymphes, fées ou même sorcières en raison de sa particularité de pousser en cercles dans de l'herbe beaucoup plus sombre (les ronds de sorcières).
Plus tard, on a su que que les filaments souterraines (le mycélium), qui constituent la partie principale de cette plante, produisent beaucoup de nitrites dont l'accumulation tue l'herbe voisine. Il se forme alors une sorte de piste nue dans le rond de sorcière. Ces nitrites finiront par donner un engrais puissant lorsque le mycélium s'élargira ; l'herbe poussera alors plus drue et plus sombre.

Le chapeau est relativement petit : de 2 à 8 cm de diamètre, d'abord en forme de cloche ensuite étalé et retourné vers le haut sur les bords pour les vieux spécimens. Son centre est toujours un peu mamelonné et sa marge un peu striée
La couleur est brune quand il est humide et s'éclaircit lorsqu'il sèche.
Les lamelles sont larges, espacées et inégales ; quelques unes sont fourchues et leur couleur est semblable à celle du reste du chapeau.

Le pied est grêle, de 5 à 10 cm de haut, cylindrique, un peu renflé et cotonneux à la base , il devient vite coriace et parfois tordu en spirale ; sa couleur est la même que celle du chapeau.

La chair assez claire, élastique puis coriace, a une saveur rappelant la noisette.

L'ensemble de ce champignon dégage une odeur caractéristique très agréable qui s"accentue avec le vieillissement ; celle-ci contribue à son l'identification facile.

Cette espèce constitue un excellent comestible à cueillir jeune et même plus vieux à l'état desséché.
Il pourra être consommé seul ou en omelette (délicieuse) et, gros avantage sur la plupart des autres champignons, on pourra le faire sécher très facilement, sa réhydratation lui redonnera le volume et le goût initial.

Enfin, il n'y a pas de problème important de reconnaissance quand on le cueille et c'est seulement si l'on manque d'attention que l'on peut le confondre avec certains inocybes toxiques.