fleurs et fruits

Le séneçon commun, séneçon vulgaire, ou senecio vulgaris est une de nos mauvaises herbes annuelles les plus répandues ; en automne et en hiver, il continue à pousser et fleurir, alors que la majorité des autres plantes sont en sommeil.
Il appartient à la famille des
composées ou astéracées.

Il forme une touffe vaguement arrondie qui peut atteindre 20 à 40 cm de haut. Ses tiges plus ou moins ramifiées sont cannelées, verdâtres ou rougeâtres et une fine pilosité les recouvre le plus souvent.
Les feuilles, glabres ou pubescentes, d'une couleur vert brillant, sont épaisses et présentent une découpure pennée ; suivant leur position sur la tige, elles sont embrassantes ou munies d'un court pétiole. Leur bordure présente une denture espacée et peu prononcée.

La floraison
dure longtemps mais ne présente pas d'intérêt décoratif en raison de la petite taille et de la couleur des fleurs.
Les capitules sont groupés en une grappe terminale, ils sont d'abord dressés mais certains se penchent ensuite. Leur involucre cylindrique est formé de bractées étroites et terminées par une pointe noire, il est doublé par une deuxième série de bractées beaucoup plus courtes, également à pointes noires.
Les fleurs jaunes, tubulaires et sans ligules débordent peu de l'involucre.

Les fruits sont des akènes brunâtres et allongés, munis d'une aigrette blanche et disposés comme ceux du pissenlit. L'aspect de ces capitules de fruits plumeux et blancs est à l'origine du nom de cette plante car en latin, senex signifie vieillard (ici c'est la chevelure du vieillard qui est évoquée).

Ce séneçon se reproduit tellement bien par semis, qu'au cours d'une année, 3 générations se succèdent et la plante est peu dérangée par le froid ; c'est donc une mauvaise herbe préoccupante.
Elle prolifère dans les sols plutôt riches, les endroits cultivés sont les plus envahis et elle s'adapte particulièrement bien à la présence d'herbicides.
A tel point que l'on envisage, pour limiter son invasion, d'utiliser un champignon microscopique de la famille des rouilles qui ne s'attaque qu'au séneçon. Encore faut-il inoculer ce parasite au bon moment en quantité suffisante.

Ce séneçon possède des vertus médicinales qui ne sont presque plus exploitées, il est émollient et rafraîchissant mais contient des alcaloïdes légèrement toxiques. On l'utilisait autrefois pour soigner l'épilepsie, les rhumatismes, les hémorroïdes ou les furoncles.
Le feuillage est parfois donné à manger aux lapins et les graines aux oiseaux d'élevage.

Il existe environ 2000 espèces de senecio parmi lesquelles on trouve :
- s. paludosus ou séneçon des marais, grande plante laineuse aux capitules jaune vif de mai à juillet
- s. jacobarea ou séneçon Jacobée, grande plante aux nombreux capitules jaunes, de juin à novembre.

feuille
fleurs