graph septembre 2003

Après l'éprouvant mois d'août 2003 que nous avons subi , ce mois de septembre a été presque idyllique avec ses températures enfin normales ou à peu près et quelques précipitations ; dommage que le temps des congés soit passé pour la plupart d'entre nous.

Tout d'abord, comparons ce mois aux autres mois de septembre des années passées depuis 1979, dans notre région.

moyenne des minimales
nbre de jours où mini = ou >15°
moyenne des maximales
nbre de jours où maxi >à 30°
t.moyenne du mois
pluviométrie
septembre 2003
14,55 °
15
25,53 °
2
20,04 °
50 mm
moyenne des 25 dernières années
12,4 °
6,6
24,5 °
2
18,4 °
58,5 mm


Ce ne sont donc pas des températures hors du commun comme en août, mais elles se situent à 1° en moyenne au dessus de la norme, seules les minimales sont nettement plus élevées.

Les minimales, accusent une baisse de 4,5° par rapport au mois précédent ; à part un pic à 5,5°, elles ont varié entre 10° et 20°.

Les maximales sont en recul de 9,2 ° par rapport à celles d'août!
Pour 19 jours, elles ont dépassé 25° avec un maximum de 31,5° et elles sont descendues au dessous de 20° pendant 2 jours, la plus basse étant 16;5°.

Le soleil s'est montré géhéreux
et est resté caché seulement pendant 7 jours.

Le vent a soufflé pendant 15 jours sans excès, il s'agissait surtout du vent d'autan.

La pluviométrie a apporté 50 mm d'eau répartis sur 12 jours, ce qui est tout à fait dans les normes mais, étant donné l'énorme déficit, cela n'a pas ramené la situation à la normale, loin s'en faut.
A tel point que de très nombreux petits ruisseaux sont encore à sec, certains villages de l'Ariège privés d'eau, les réserves des barrages sont épuisés, et le niveau des rivières reste bas.

La nature a repris peu à peu la couleur verte au niveau des prés et des chemins ; de nombreux arbres (surtout des conifères), ou d'arbustes de haies ont un feuillage totalement "grillé" mais les autres ont repris le dessus. De nouvelles feuilles se sont développées et quelques fruitiers se sont mis à fleurir, ce qui est préjudiciable à la floraison du printemps prochain.
Seule la partie superficielle du sol a profité des quelques pluies, j'ai pu le constater en creusant un trou pour transplanter un arbuste : les 10 à 15 premiers cm ont été enlevés sans problème à la fourche-bêche ; pour la suite, la pioche a été nécessaire et enfin, vu la difficulté croissante, j'ai dû remplir le trou d'eau et attendre 1 journée qu'elle veuille bien s'infiltrer.

Les moissons du maïs, du sorgho et du soja sont en cours (avec des rendements décevants) et la préparation des sols a commencé.

Au jardin d'agrément comme au jardin potager, les arrosages sont restés nécessaires. Les plantes à fleurs ainsi que les légumes ont tout de même repris un aspect et une activité normales, permettant enfin de déguster des haricots verts ou des tomates en quantité appréciable.

Voyons maintenant ce que ce mois a de singulier par rapport aux autres mois de septembre des années précédentes depuis 1979 ; seules les valeurs extrêmes figurent dans le tableau ci-dessous .

Année
Moyenne des minimales en °
temp la plus basse en °
nbre jours où mini = ou >15°
moyenne des maxi en °
nbre jours où maxi = ou> 30°
temp la plus haute en °
moy mois
en
°
pluviométrie en mm
1996
9
3
0
0
1994
3
17,6
0 (2)
24
13,7
1993
303,5
1991
15,4
7 (1)
17
1987
11
36
21,6
1985
28,3
5

(1 )comme en 1998, 1992 et 1980
(2) comme en 2001, 1998, 1997, 1995, 1992, 1990, 1989 et 1981

En conclusion, après une période de canicule jamais vue, paraît-il, depuis 150 ans, ce mois de septembre a été particulièrement agréable.
Iil ne reste plus à espérer que des précipitations à la fois importantes et suffisamment répétées dans le temps pour alimenter les réserves en évitant les inondations catastrophiques qu'ont connues certaines régions du Midi.

Retour à la page d'accueil
Plantes et météo